Qu’est-ce que le mal des transports et quelles en sont les causes ?

Expliquer le mal des transports à quelqu’un qui n’en souffre pas, c’est comme essayer d’enseigner la théorie de la relativité d’Einstein, ou de l’impôt, à un tout-petit ; certes, il peut y avoir une lueur de reconnaissance à l’occasion, mais le message ne s’y fera pas.

Et c’est parce que le mal des transports est si terriblement bouleversant qu’à moins d’avoir cherché désespérément un sac de plastique pour commencer à vomir, il est impossible de saisir à quel point il est désagréable.

A découvrir également : Quel est le meilleur moment pour utiliser une installation d'entreposage libre-service ?

Malheureusement, même ceux qui ont passé la majeure partie de leur vie sans l’envie d’ouvrir une fenêtre et de vomir peuvent souffrir d’une autre façon un jour, parce que quand on a des enfants, la possibilité que l’on ait affaire au mal des transports d’une autre personne est très réelle.

Et il n’y a pas beaucoup de choses dans la vie qui sont plus difficiles à gérer qu’un bébé malade en voiture.

A lire également : Ce que vous devez savoir sur le bail novaté

Alors, pourquoi vous tombez malade en voiture ? Parce que vous avez perdu à la loterie de la vie. Pour les chanceux, la pire chose à laquelle ils devront faire face lors d’un long voyage en voiture est une collation suspecte dans une station-service et une chaîne stéréo coincée sur le cadran AM.

Mais pour le reste d’entre nous, le mal des transports nous attend pour nous transporter du siège passager jusqu’aux profondeurs enflammées de l’enfer.

Les enfants de 2 à 12 ans sont plus sujets au mal des transports que tout autre groupe d’âge“.

Tout le monde ne souffre pas et ne souffre pas de la même façon. Certains n’ont peut-être que le mal de mer, tandis que d’autres ne sont malades que dans les avions ou les voitures.

Les recherches suggèrent qu’environ 33 % d’entre nous sont sensibles au mal des transports dans des circonstances “légères” (une voiture lente, un bateau en eau calme, un avion en air clair), mais ce chiffre passe à 66 % si ces circonstances sont qualifiées de “graves” (“nous allons bientôt connaître de graves turbulences”).

Désolé les enfants, vous êtes là pour ça

Les plus à risque, cependant, sont les enfants, les recherches affirmant que les enfants âgés de 2 à 12 ans sont plus sujets au mal des transports que tout autre groupe d’âge. Les études ayant révélé que le mal des transports est beaucoup plus répandu chez les tout-petits, les nourrissons et les jeunes enfants que chez tout autre groupe adulte.

Qu’est-ce qui cause le mal des transports ?

Bien qu’il n’y ait pas de réponse définitive à cette question, la majorité des recherches font état de ce que l’on appelle un mouvement non intentionnel. Lorsque vous marchez, par exemple, votre corps sait ce que vous essayez de faire et se prépare en conséquence (tant que vous n’avez pas bu trop d’alcool auparavant).

C’est dans l’oreille interne que les problèmes commencent, qu’il s’agisse de symptômes légers (maux de tête, vertiges ou fatigue) ou de réactions graves (nausées, transpiration, essoufflement, étourdissements et bâillements techniques sans fin).

Que pouvez-vous faire à ce sujet?

La façon la plus simple de lutter contre le mal des transports est d’insister sur la conduite automobile (n’essayez pas si vous êtes un tout-petit, les risques n’en valent tout simplement pas la peine).

Bizarrement, les conducteurs tombent rarement malades (bien que cela puisse arriver en particulier sur des voitures rapides sur des routes très venteuses ; croyez-nous), même si cette même personne souffre du mal des transports en tant que passager.

Une étude réalisée en 2014 par l’Institut hyperbare naval israélien a étudié exactement ce phénomène, plaçant certaines personnes très courageuses, ou stupides, dans une voiture tournante qu’ils ont appelée “écoeureuse”. Ils sont même allés jusqu’à relier les têtes des participants pour s’assurer qu’ils avaient exactement la même gamme de mouvements.

L’étude a donné à un participant la capacité de contrôler le mouvement, et dans presque tous les cas, la personne en contrôle (connue des autres participants sous le nom de “cet enfoiré”) était moins malade que les autres.

Si vous ne pouvez pas conduire, tout indique qu’il vaut mieux s’asseoir sur le siège avant qu’à l’arrière, mais si aucune des deux n’est une option, il existe d’autres méthodes populaires, chacune offrant différents degrés de succès.

Pilules et médicaments

Les comprimés contre le mal des transports agissent en ciblant votre système vestibulaire, la partie de votre oreille interne qui fournit au cerveau des informations sur les mouvements de votre corps.

C’est cette information qui, lorsqu’elle entre en conflit avec ce que votre cerveau pense que votre corps fait, cause le mal des transports.

Les médicaments contre le mal des transports bloquent ces signaux, faisant croire à votre corps que vous êtes immobile, même si vous glissez sur le siège arrière d’une voiture en mouvement rapide.

Bien qu’ils soient parfaits pour les voyages occasionnels en bateau ou en avion, personne ne veut prendre des pilules à chaque fois qu’ils montent dans une voiture“.

Il y a aussi un effet placebo raisonnable ici, ce qui signifie que les comprimés de vitamine C pourraient aussi être efficaces, si vous croyez vraiment qu’ils sont contre le mal des transports.

Soyez avertis, cependant, que la plupart des comprimés contre le mal des transports peuvent causer de la somnolence, de la nausée ou un sentiment général de bizarrerie (qui, pour être juste, sont tous considérablement meilleurs que l’alternative), et bien qu’ils soient parfaits pour un voyage occasionnel en bateau ou en avion, personne ne veut prendre des comprimés chaque fois qu’il monte dans une voiture.

Remèdes naturels

Le remède naturel le plus courant est le gingembre. Les membres des forums en ligne affirment que mâcher du gingembre cru ou des sucettes au gingembre peut minimiser les effets du mal des transports, ou même l’empêcher d’arriver.

Rappelez-vous que ce qui fonctionne pour certains ne fonctionnera pas pour d’autres, donc il vaut peut-être mieux essayer le gingembre sur une courte route sinueuse avant de vous en remplir les poches et de vous inscrire au Targa Tasmanie. J’ai souffert du mal des transports par le passé, en particulier par mer houleuse (qui peut menacer de se retourner complètement) et j’ai appris par expérience amère que le gingembre ne fait pour moi exactement aucune différence. Je pourrais manger Ron Weasley et être encore terriblement malade en quelques minutes.

Le gingembre est aussi une pilule amère à avaler si vous détestez le goût du gingembre, évidemment.

Bandes et bracelets

Les bracelets contre le mal des transports prennent deux formes principales, la première étant l’acupression (semblable à l’acupuncture, mais qui remplace les aiguilles par la pression), et la seconde option, qui utilise des aimants.

Les versions d’acupression impliquent le port d’une bande qui abrite une bille surélevée à chaque poignet, qui appuie sur les points de pression P6. Ces deux points sont censés réduire les nausées, et les fabricants les présentent comme un remède contre le mal des transports. Les bracelets aimantés fonctionnent à peu près de la même manière, mais utilisent des aimants pour simuler ces mêmes points de pression.

Les deux techniques ont en commun le fait qu’elles divisent les opinions quant à leur efficacité. Certains experts affirment que l’effet de ces bracelets et bandes est purement un placebo, tandis que d’autres ne jurent que par eux.

Il y a peu de preuves crédibles pour suggérer que l’une ou l’autre option fait beaucoup de choses, mais si elle fonctionne pour vous, cela n’aura que peu d’importance.

Autres stratégies

Conduisez ou asseyez-vous à l’avant de la voiture. Plus vous pouvez voir, mieux vous vous sentirez, alors ne fermez pas les yeux en espérant que cela disparaîtra.

De même, évitez de regarder dans la direction opposée à celle de votre voyage, et n’essayez pas de lire un livre, votre téléphone ou une carte car ce sont des moyens sûrs et certains pour vous rendre malade. Levez les yeux vers le haut et vers l’extérieur par une fenêtre dégagée dans la direction où vous vous trouvez.

“Essayez de ne pas y penser ou d’en parler. La distraction est la clé, car plus vous êtes obsédé par le mal, plus ile s’aggravera”.

Si vous ne vous sentez pas bien, ouvrez une fenêtre. Les experts suggèrent qu’une bouffée d’air frais peut aider.

Mais surtout, essayez de ne pas y penser, ou d’en parler. La distraction est la clé, car plus vous êtes obsédé par elle, plus elle s’aggravera.

Comment se débarrasser du mal des transports ?

Le seul aspect positif du mal des transports, c’est qu’on peut y mettre un terme.

Si vous vous demandez comment arrêter le mal des transports, c’est facile : arrêtez.

Arrêtez littéralement la voiture et sortez.

Prenez une pause, distrayez-vous en essayant d’expliquer à un jeune enfant ce qu’Einstein était sur le point de faire, et essayez à nouveau.

Quand il s’agit des enfants, s’arrêter est souvent la seule réponse, car les obliger à mâcher du gingembre, ou des comprimés, va être difficile, même si les bracelets sont probablement votre meilleure chance….

Facebook
Google+
https://www.ralph-lauren.fr/qu-est-ce-que-le-mal-des-transports-et-quelles-en-sont-les-causes">
Twitter
Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!