Principales approbations réglementaires pour les acquisitions transfrontalières

Les acquisitions transfrontalières peuvent être influencées par un large éventail de facteurs ; il est donc essentiel d’élaborer un cadre global pour traiter tous les aspects du processus d’acquisition. Un tel cadre a été présenté l’an dernier lors de l’événement CLE ACC du printemps dernier. La présentation a été préparée par Jason Rabbitt-Tomita et Carrie LeRoy, deux associés de White Case, l’un des plus prestigieux cabinets d’avocats internationaux. Leur cadre comprenait tous les aspects d’une telle opération, depuis les processus et le calendrier jusqu’à la diligence raisonnable, en passant par les questions de propriété intellectuelle, les questions d’emploi, le règlement des différends et la structure fiscale. Toutefois, la plus grande partie de la présentation portait sur les principales approbations réglementaires requises dans le cadre d’acquisitions internationales, car il s’agit habituellement des processus les plus longs et les plus exigeants dans les opérations transfrontalières.

Antitrust :

En ce qui concerne les lois antitrust destinées à promouvoir une concurrence loyale au profit des consommateurs, les transactions transfrontalières peuvent faire l’objet de nombreuses révisions dans différentes juridictions. A ce titre, les acheteurs doivent être prêts à engager le conseil antitrust et à présenter le chiffre d’affaires mondial de l’entreprise cible. Il est essentiel d’identifier les risques et les préoccupations éventuels en matière d’ententes et d’abus de position dominante et d’être prêt à y apporter rapidement des solutions.

A lire aussi : Découvrir son animal totem : tout ce qu'il faut savoir

CFIUS :

La Commission sur l’investissement étranger aux États-Unis peut mettre des obstacles majeurs sur la voie d’une acquisition transfrontalière, en particulier lorsqu’il s’agit d’entreprises technologiques. Les principaux centres d’intérêt des examens de la FCIUS sont les menaces, la vulnérabilité et les profils de risque. En d’autres termes, ils analysent si les acquéreurs étrangers peuvent exploiter les vulnérabilités ou causer du tort en matière de sécurité nationale. Le processus d’approbation de la SCIFC comprend habituellement des consultations et d’autres travaux préliminaires, un examen initial de 30 jours, une enquête de 45 jours et un examen présidentiel de 15 jours.

Approbations réglementaires en République populaire de Chine :

À l’heure actuelle, la Chine est le plus grand concurrent de la scène technologique californienne, mais les investisseurs chinois doivent franchir de nombreux obstacles pour jouer sur les marchés internationaux.

A lire en complément : La correspondante de NBC News, Kristen Welker, est submergée par la maternité : « Tout ce que je ressentais était ce lien »

  • SAFE – L’Administration d’État des changes est responsable de toutes les questions de change en Chine. Les acheteurs chinois doivent enregistrer tous les investissements à l’étranger pour convertir le RMB en devises étrangères, effectuer des transactions à l’étranger et remettre des devises étrangères. Cet enregistrement est traité après avoir traité avec le MOFCOM et la NDRC.
  • MOFCOM – Le ministère chinois du Commerce de leurs bureaux locaux doit approuver les investisseurs étrangers pour certaines industries telles que les télécommunications, les médias, l’éducation, les parcs à thème, et quelques autres.
  • NDRC – La Commission nationale pour le développement et la réforme doit approuver tous les investissements à l’étranger de plus de 300 millions de dollars de la Chine. Cette approbation peut facilement être obtenue par un simple dépôt formel, à condition qu’elle n’implique pas de pays ou d’industries sensibles.

Autres approbations réglementaires :

Comme nous l’avons déjà mentionné, chaque pays peut exiger des approbations réglementaires différentes pour les investisseurs étrangers, il est donc essentiel d’analyser dès le départ si la transaction peut ou non être réalisée en vertu de la législation dudit pays pour le secteur cible. Il est très courant pour les multinationales de fermer certains pays séparément. Par exemple, les transactions en Inde retardent souvent les transactions mondiales et sont souvent signées séparément. Cela peut également se produire en France, où les exigences en matière de consultation des salariés exigent des offres contraignantes, créées spécifiquement pour les filiales françaises.

En savoir plus.. :

  1. Choses à faire en Israël que vous devez savoir

  2. Trouver la bonne entreprise de déménagement

Approvals réglementaires aux États-Unis :

Approbations réglementaires aux États-Unis :

Dans le cadre d’une transaction transfrontalière impliquant une entreprise américaine, les investisseurs étrangers doivent obtenir l’approbation du Comité des Investissements Étrangers aux États-Unis (CFIUS). Les investisseurs étrangers sont tenus de soumettre une notification au CFIUS pour toute acquisition qui pourrait affecter la sécurité nationale. Afin d’éviter les retards de traitement, il est recommandé que cette notification soit effectuée avant que la transaction ne soit conclue.

Le CFIUS examine chaque demande en fonction des exigences prévues dans la loi sur les pouvoirs économiques d’urgence internationale (IEEPA) et la loi sur l’examen national des acquisitions par des entreprises étrangères (FINSA). Si un accord soulève des inquiétudes quant à sa sécurité nationale, le CFIUS peut exiger que certaines conditions soient remplies ou qu’il y ait désinvestissement.

Pour être approuvé par le CFIUS, il faut non seulement prouver que l’acquisition n’affectera pas la sécurité nationale, mais aussi fournir une documentation détaillée concernant tous les aspects financiers et organisationnels de l’accord.

Certaines autres approbations réglementaires comprennent :

  • FIRB • L’Autorité Australienne d’examen des investissements étrangers, qui peut interdire les acquisitions si elles sont contraires aux intérêts nationaux de l’Australie.
  • SED • Le Bureau fédéral allemand pour le commerce et l’industrie approuve toutes les transactions impliquant des entreprises basées en Allemagne ou ayant une présence significative en Allemagne.
  • MEXICO • Les investisseurs étrangers doivent obtenir l’approbation du ministère mexicain des Affaires étrangères ainsi que celle de la Commission fédérale de concurrence (CFC).

Toutefois, il faut connaître la législation en vigueur dans le pays concerné pour le secteur cible. En effet, chaque pays a ses propres exigences réglementaires, et il est nécessaire de soumettre tous les documents nécessaires à examen.

En savoir plus…

  1. Principales erreurs à éviter lors d’une acquisition transfrontalière

  2. Comment réaliser une analyse approfondie due diligence lors d’une acquisition transfrontalière ?

Approvals réglementaires en Europe :

Vous devez noter que certains pays peuvent avoir des lois plus strictes en matière d’acquisitions transfrontalières. Par exemple, la France a adopté une loi sur la sécurité économique en 2019 qui renforce les contrôles sur les acquisitions étrangères dans certains secteurs tels que l’énergie, l’eau, le transport et les télécommunications.

De même, l’Allemagne a récemment introduit une nouvelle réglementation pour donner plus de pouvoir aux autorités du pays pour bloquer des investissements étrangers susceptibles de compromettre sa sécurité nationale. En vertu de cette loi allemande sur le filtrage des investissements étrangers (AWG), tous les acheteurs non européens doivent obtenir un accord préalable avant d’investir dans certains domaines considérés comme critiques.

Vous devez mentionner que lorsqu’une acquisition transfrontalière implique des entreprises opérant dans plusieurs juridictions internationales différentes, cela peut entraîner des défis supplémentaires pour obtenir toutes les approbations réglementaires nécessaires à la finalisation de la transaction.

Vous devez éviter tout retard potentiel ou interruption pendant le processus d’examen réglementaire. Cela peut inclure une coordination étroite entre vos conseillers juridiques et financiers ainsi qu’un engagement clair avec toutes les autorités compétentes concernées.

Bien comprendre et respecter toutes les exigences réglementaires applicables lors d’une acquisition transfrontalière est essentiel si vous souhaitez mener à bien votre transaction avec succès. Assurez-vous de faire des recherches approfondies sur les réglementations spécifiques de chaque juridiction impliquée et travaillez avec vos conseillers pour élaborer une stratégie qui répond aux besoins uniques de votre entreprise.