Un grimpeur tchèque conquiert les 8 000 mètres de dénivelé

Radek Jaroš atteint le sommet du K2, la montagne la plus dure du monde

K2, Pakistan, 26 juillet (ČTK) – Le grimpeur tchèque Radek Jaroš a gravi le deuxième plus haut sommet du monde, K2, et est devenu la 15e personne à avoir conquis toutes les montagnes du monde à plus de 8 000 mètres d’altitude sans oxygène, a rapporté la station radio tchèque Radiozurnal.

Jaroš, 50 ans, a réussi un cinquième essai. Avant l’expédition, il s’était remis pendant deux ans de l’amputation de ses orteils gelés. Il a souffert des engelures lors de la conquête de son 13e sommet de 8 000 m d’altitude, l’Annapurna.

A lire aussi : Patrik Schick espère connaître le succès pour la 2e saison

Vendredi, Jaroš, Petr Mašek et Jan Trávníček ont construit le quatrième camp sur le K2 à 8 000 mètres d’altitude et après une courte pause, Jaroš et Trávníček sont partis vers le sommet à minuit, heure du Pakistan.

Jaroš a atteint le sommet après 16 heures, Trávníček l’a suivi après quelque temps. Mašek est resté dans la tente du quatrième camp, où les deux grimpeurs qui ont réussi doivent maintenant descendre.

A lire aussi : Arrêt Magnier 1961 : impact sur le droit administratif français

« La lutte pour le K2 a été très difficile » à cause de la météo, a déclaré Lucie Vyborna, modératrice de Radiozurnal, qui fait partie de l’expédition.

Jaroš est seulement le quatrième Tchèque à avoir atteint le sommet du K2 (8 611 m). Les trois autres sont Josef Rakoncaj dans les années 1980, Libor Uher avec l’expédition de Léopold Sulovský en 2007 et l’ancien maire de Prague Pavel Bém il y a deux ans.

Le K2, bien que 293 mètres plus bas que l’Everest, est considéré comme le plus difficile. Les plus grands dangers sont les avalanches, la hauteur et surtout le temps.

Brève présentation de Radek Jaroš :

Lieu et date de naissance : Nové Město na Moravě, 29 avril 1964.

Famille : divorcée, fille Andrea et fils Ondřej.

Il a commencé l’escalade en République Tchèque à l’âge de 18 ans. Il a fait la première tentative d’ascension de l’Everest en 1994, à l’âge de 30 ans, mais sans succès. Il a réussi en 1998. Il fut la 12e personne dans l’histoire à atteindre le sommet le long de la muraille tibétaine septentrionale. Josef Rakoncaj, qui a conquis neuf montagnes de plus de 8 000 mètres, est devenu la première personne au monde à gravir deux fois le K2.

Les ascensions réussies de Jaroš à plus de 8.000 mètres d’altitude :

  • 1998 – Mont Everest (8 848 mètres au-dessus du niveau de la mer)
  • 2002 – Kanchenjungha (8 586 m ; troisième plus haut sommet du monde ; avec Martin Minarik, ils ont été les premiers Tchèques à réussir)2003 – Broad Peak (8 051 m)
  • 2004 – Cho Oyu (8 188 m ; avec le champion du monde de ski de fond tchèque Martin Koukal) et Shishapangma (8 027 m)
  • 2005 – Nanga Parbat (8 125 m)
  • 2008 – Dhaulagiri (8 167 m) et Makalu (8 485 m)
  • 2009 – Manaslu (8 163 m)
  • 2010 – Gasherbrum II (8 034 m) et Gasherbrum I (8 080 m)
  • 2011 – Lhoce (8 516 m)
  • 2012 – Annapurna (8 091 m)
  • 2014 – K2 (8 611 m)

K2 tentatives : Jaroš a tenté d’escalader la montagne en 2001, 2003 et 2005. Le temps a toujours gâché ses efforts. En 2007, il s’est écrasé un doigt dans le camp de base et n’a pas pu grimper du tout.

Blessures : Lors de l’expédition de l’Annapurna, il a souffert de gelures aux jambes et a subi sept opérations au cours desquelles les médecins lui ont amputé 11 de ses articulations des doigts sur les deux jambes au cours des deux dernières années. Récemment, les médecins lui ont diagnostiqué une fracture de la cinquième vertèbre, appelée fracture de fatigue, avec laquelle il aurait vécu pendant 30 ans.

Récompenses : Il a reçu plusieurs prix à la maison. Avec le grimpeur tchèque Zdeněk Hrubý, décédé tragiquement dans les montagnes l’année dernière, il a reçu le premier prix du Czech Fair Play Club pour le sauvetage de deux alpinistes polonais dont la vie a été menacée lors de l’ascension de Dhaulagiri par le mal des montagnes en 2008. Pendant la descente, ils ont également aidé deux alpinistes espagnols épuisés. Ils ont également reçu le diplôme du Mouvement Européen du Fair-play pour leur action.

Jaroš a écrit plusieurs livres et réalisé plusieurs documentaires sur ses expéditions, dont certains ont été primés dans des festivals de cinéma.

Voir aussi : Un grimpeur tchèque en tête de sept sommets

La persévérance du grimpeur tchèque : retour sur son parcours avant l’ascension de sa vie

Radek Jaroš a commencé à escalader des montagnes en République Tchèque dès l’âge de 18 ans. Depuis, il s’est lancé à la conquête des pics les plus hauts du monde, bravant les dangers et les conditions extrêmes.

Sa première tentative d’ascension de l’Everest remonte à 1994, alors qu’il avait seulement 30 ans. Malheureusement, cette première tentative n’a pas été couronnée de succès. Il a finalement atteint le sommet en 1998 et est ainsi devenu la douzième personne dans l’histoire à y parvenir le long de la muraille tibétaine septentrionale.

Depuis lors, Jaroš a réussi à gravir chaque année une ou plusieurs montagnes d’une hauteur supérieure à huit mille mètres au-dessus du niveau moyen des océans. Il a ainsi réalisé un exploit unique dans le monde de l’alpinisme en étant la quinzième personne • et le premier Tchèque • ayant gravi tous les sommets culminants au-delà des huit mille mètres sans utiliser d’oxygène supplémentaire pour faciliter sa respiration.

Le plus impressionnant reste cependant sa capacité incroyable de se relever après ses échecs et accidents qui auraient pu mettre fin à sa carrière. Effectivement, pendant son ascension vers Annapurna en 2010, il souffrit atrocement des engelures aux jambes qui ont nécessité pour lui sept opérations chirurgicales, dont une amputation de 11 articulations des doigts sur les deux mains.

Malgré tous ces obstacles, il n’a jamais abandonné son rêve. Sa ténacité et sa force mentale ont été la clé de son succès. Radek Jaroš est avant tout un homme qui croit en ses capacités et se donne les moyens d’atteindre ses objectifs : une inspiration pour nous tous face aux défis que l’on peut rencontrer dans nos vies.

Pour atteindre le sommet du K2, Jaroš a trébuché plusieurs fois auparavant. En 2001, il échoua à cause des conditions climatiques difficiles ; en 2003, c’est une autre tentative infructueuse due à une blessure au genou qu’il avait subie lors d’un tournoi de tennis quelques mois plus tôt ; en 2005, il dut abdiquer après avoir eu la maladie aiguë des montagnards ainsi que pour d’autres raisons personnelles. En 2014, il réussit son ascension historique avec bravoure et détermination.

Jaroš s’est entraîné durant toute sa vie pour préparer cette ascension monumentale : il a escaladé toutes sortes de montagnes depuis plusieurs années afin d’apprendre à gérer différentes situations critiques ou dangereuses. On peut dire sans aucun doute qu’il mérite amplement ce nouvel exploit sportif, car cela récompense l’ensemble de sa longue carrière, faite presque exclusivement vers des sommets toujours plus hauts !

Ce succès ne marque pas seulement une nouvelle étape dans la vie professionnelle de cet alpiniste passionné, mais aussi un exemple inspirant pour montrer que rien n’est impossible si on a la force d’esprit, la persévérance et le courage de poursuivre ses rêves.

Les défis de l’ascension du K2 : les conditions météorologiques et la difficulté technique de la montagne

Les défis de l’ascension du K2 : les conditions météorologiques et la difficulté technique de la montagne

Le sommet le plus élevé du monde après l’Everest, le K2, est une montagne extrêmement difficile à gravir. Avec ses 8611 mètres d’altitude et son terrain accidenté, c’est un véritable défi pour tout alpiniste qui souhaite atteindre son sommet.

La première ascension réussie a eu lieu en 1954 par une expédition italienne. Depuis lors, seules quelques centaines d’alpinistes ont réussi cette escalade très dangereuse.

L’un des principaux problèmes auxquels sont confrontés les grimpeurs au K2 est le temps imprévisible et souvent violent en altitude. Le vent peut souffler jusqu’à 200 km/h sur la crête sommitale ; les températures peuvent descendre jusqu’à -60°C en hiver alors que pendant l’été elles oscillent entre -10°C et -30°C. Les vents violents peuvent mettre fin aux tentatives d’escalade, tandis que les avalanches constituent aussi une menace permanente pour tous ceux qui s’aventurent sur ses pentes escarpées.

Contrairement à l’Everest où il y a plusieurs voies possibles pour atteindre le sommet, il n’y a qu’une seule voie utilisée au K2 : celle appelée ‘voie des Abruzzesi‘ ou ‘voie normale’. Cette route suit une pente abrupte de neige raide avec des passages rocheux étroits avant d’arriver sur un plateau glaciaire, exposant ainsi les alpinistes au danger de glissement de terrain.

La difficulté technique du K2 est aussi un défi majeur pour les grimpeurs. La voie des Abruzzesi exige une grande expérience en escalade sur roche et sur glace. Les alpinistes doivent être capables d’affronter des pentes escarpées et des arêtes dangereuses, souvent au-dessus de falaises abruptes.

Radek Jaroš a réussi à affronter tous ces obstacles avec ténacité et détermination, montrant ainsi sa compétence exceptionnelle lorsqu’il s’agit d’escalader des montagnes difficiles telles que le K2.

L’alpinisme reste l’un des sports extrêmes les plus risqués au monde, mais c’est aussi une passion qui pousse les gens à se surpasser physiquement et mentalement. Bien qu’il y ait toujours un risque associé à chaque tentative d’ascension, nous devons saluer ceux qui ont le courage incroyable de poursuivre leurs rêves tout en ayant conscience des dangers encourus dans cette discipline unique en son genre.

Le récit de l’ascension de Radek Jaroš : une aventure hors du commun

Radek Jaroš est un alpiniste tchèque reconnu pour ses exploits dans le monde entier. Il a réussi à gravir les 14 sommets de plus de 8000 mètres d’altitude, situés sur la planète Terre. En juillet dernier, il a ajouté une nouvelle étape impressionnante à son palmarès en atteignant le sommet du K2, la deuxième montagne la plus haute du monde.

L’expédition vers le K2 a été longue et difficile pour Radek Jaroš. Elle a commencé en juin avec une équipe composée de neuf membres expérimentés venant des quatre coins du globe. Ils ont parcouru environ 65 kilomètres par jour pendant sept jours avant d’arriver au camp de base avancé situé à une altitude considérable de 5 000 mètres.

Dans leurs efforts pour atteindre le sommet, ils ont affronté plusieurs obstacles qui auraient découragé les grimpeurs moins expérimentés ou moins déterminés que Radek Jaroš et son équipe :

• Ils ont traversé des pentes surplombées par des glaces suspendues menaçantes
• Ils ont franchi un col dangereux appelé ‘la Porte céleste’, car elle est constamment balayée par des vents violents et glacials, ce qui rend chaque pas particulièrement pénible.
• Ils ont connu des chutes de neige abondantes qui ont rendu la progression plus difficile et fatigante.

Malgré ces difficultés, l’équipe a continué à progresser vers le sommet du K2. Leur progression a été freinée par un autre obstacle majeur : une tempête inattendue s’est abattue sur eux pendant plusieurs jours. Les vents violents et les chutes de neige ont contraint Radek Jaroš et son équipe à rester confinés dans leur tente pendant plusieurs jours jusqu’à ce que la tempête se calme.

Lorsque les conditions météorologiques se sont améliorées, Radek Jaroš et deux autres membres de l’équipe ont commencé leur ascension finale en direction du sommet. Ils ont gravi des pentes sinueuses et rocailleuses dangereuses où chaque pas était particulièrement pénible en raison d’une altitude extrême.

Après environ six heures d’escalade intense, ils ont atteint le sommet tout sourire malgré leurs visages marqués par la fatigue. Le rêve fou que Radek Jaroš avait poursuivi depuis si longtemps était finalement devenu réalité. Ce fut pour lui un moment indélébile marqué par une grande émotion qu’il aura sans aucun doute gravé dans sa mémoire pour toujours.

Radek Jaroš a montré au monde entier que rien n’est impossible lorsqu’on est déterminé à atteindre ses objectifs, même ceux qui semblent les plus difficiles à survivre. Malheureusement, tous les alpinistes qui ont tenté de conquérir le K2 n’ont pas eu la même chance. Au cours des années, cette montagne a coûté la vie à de nombreux grimpeurs talentueux et expérimentés.

Les leçons à tirer de l’exploit de Radek Jaroš pour les amateurs de montagne

L’histoire de Radek Jaroš a été saluée par la communauté des alpinistes du monde entier. Elle est considérée comme un exemple inspirant pour les jeunes grimpeurs qui cherchent à réaliser leurs rêves d’alpinisme.

Voici quelques-unes des principales leçons que nous pouvons tous apprendre en regardant l’aventure extraordinaire de Radek Jaroš:

La persévérance paie : L’un des traits les plus marquants chez Radek Jaroš est sa détermination à atteindre ses objectifs, même lorsque cela semble impossible. Il n’a jamais abandonné son rêve d’un jour conquérir toutes les montagnes de plus de 8000 mètres et s’est préparé minutieusement pendant plusieurs années avant d’y parvenir.

Le travail d’équipe est essentiel : Pour réussir dans une expédition ou une entreprise aussi ambitieuse, il était impératif pour Radek Jaroš et son équipe d’être solidaires et soudés tout au long du voyage. Chacun devait pouvoir compter sur l’autre pour avancer ensemble vers leur but commun.

La sécurité passe toujours avant tout : Même si elle peut sembler tentante, prendre des risques inutiles peut être fatal en haute altitude où chaque erreur peut être fatale. Les membres de l’équipe ont pris soin de respecter toutes les mesures de sécurité en s’assurant qu’ils étaient toujours équipés du matériel adéquat et en restant constamment vigilants.

L’entraînement est crucial : Pour affronter des défis aussi extrêmes que ceux de l’alpinisme, une préparation rigoureuse et régulière est nécessaire. Radek Jaroš a consacré plusieurs années à la préparation avant de se lancer dans son expédition vers le K2.

La passion ne doit jamais être sous-estimée : la joie authentique qui se lit sur le visage d’un grimpeur lorsqu’il atteint son objectif montre à quel point cette passion peut être puissante. C’est cet amour véritable pour la montagne qui pousse les alpinistes à continuer même quand cela semble impossible.

En résumé, l’histoire remarquable de Radek Jaroš nous apprend que tout est possible si nous sommes suffisamment déterminés et prêts à travailler dur pour y parvenir. Les amateurs d’alpinisme peuvent s’en inspirer pour réaliser leurs propres rêves, quels qu’ils soient.