Voici ce que vous n’entendrez pas concernant l’avortement

Avortement ! Un mot qui est murmuré parmi tant d’autres par peur de la stigmatisation. Cette loi n’est pas légale dans de nombreux pays, mais cela ne veut pas dire qu’elle ne l’est pas. Nous sommes prompts à juger ceux qui avortent des enfants sans leur prêter l’oreille. Et si c’était un avortement forcé ? Devrions-nous condamner les victimes à mort ? Dans la mesure où cela reste un sujet controversé dans la société, tout le monde mérite une seconde chance dans la vie car il n’y a pas de petit ou grand péché.

abortion

Lire également : 5 raisons d'avoir un masseur de pieds dans votre maison

Les statistiques nous disent que plus de 40 millions de grossesses sont interrompues même si elles sont illégales. Même si nous ne condamnons pas ceux qui le font, nous ne justifions pas la loi. C’est peut-être mal à nos yeux, mais essayez de vous mettre dans la peau d’une personne qui est forcée d’avorter un bébé. Cette décision peut s’accompagner d’un soulagement pour une personne qui ne peut pas élever l’enfant, mais qui peut aussi causer du chagrin, de la tristesse et de la dépression. Nous discuterons de la façon de faire face à de tels sentiments pour aider les victimes dans des situations similaires.

Quels sont les sentiments qui accompagnent l’avortement ?

Selon l’American Psychological Association Task Force on Mental Health and Abortion, la plupart des victimes souffrent de dépression. Chaque personne éprouve des sentiments différents selon les circonstances qui l’entourent. Une chose qui reste constante dans toutes les situations, c’est le chagrin de la perte d’un enfant. Elle peut entraîner des regrets, de la culpabilité et un sentiment d’inutilité.

A voir aussi : 4 Remèdes d'origine végétale pour se débarrasser d'un mauvais mal de tête

Cela peut diminuer l’estime de soi d’une personne et causer des pensées suicidaires chez les victimes qui ne peuvent supporter la honte et la culpabilité. Elle cause du stress et peut semer la confusion parce qu’elle va à l’encontre des croyances religieuses. Certaines femmes laissent les émotions affecter leur vie, comme interrompre leur sommeil, leurs habitudes alimentaires et leur vie sexuelle.

Comment faire face à un avortement

cope with an abortion

comploter

Cette perte d’un enfant vous oblige à planifier comment vous allez commencer votre processus de guérison. Faire face au deuil en pleurant la perte de l’enfant. Dans le cas où vous avez été forcé par un partenaire qui ne vous soutient pas d’avorter, prenez le temps de faire votre deuil sans retourner immédiatement à votre vie normale. Cela vous aidera à faire face à la culpabilité ou au regret de votre décision.

Surveiller les déclencheurs qui peuvent faire remonter des souvenirs préviendra les larmes. Il peut s’agir d’une personne enceinte ou même de la présence de la personne derrière la décision. Planifiez comment les affronter par la suite afin que leur présence n’interfère pas avec votre état mental.

Reconnaissez vos sentiments

Accepter ce que vous ressentez vous aidera à guérir. À l’aide d’un journal, notez les émotions au fur et à mesure que vous reconnaissez votre perte. Cela vous empêchera de souffrir de dépression lorsque vous exprimerez vos sentiments par écrit en toute sécurité.

Éviter l’abus d’alcool et d’autres drogues

La stigmatisation qui accompagne l’avortement fait que la plupart des gens cachent le secret pendant des années alors qu’ils enfouissent leur culpabilité dans la drogue et l’alcool. Cherchez de l’aide auprès des ressources de rétablissement du Rotary pour vous libérer de l’abus de drogues tout en obtenant des personnes auxquelles vous pouvez vous ouvrir. De telles installations vous offrent une thérapie cognitivo-comportementale pour que vous puissiez vous ouvrir à un professionnel.

Faites confiance à un ami fiable

Confide in a reliable friend

Obtenir les services d’une personne qui a déjà subi un avortement dans le passé. Partager vos sentiments avec eux peut vous aider à minimiser votre anxiété. Un tel ami peut vous faire sentir moins jugé, même si la plupart des gens ne comprennent pas. Ils peuvent également vous accompagner chez le médecin au cas où vous auriez besoin d’aide médicale, par exemple pour obtenir des médicaments contre l’anxiété. Choisissez judicieusement avec qui partager cette information afin d’éviter de faire l’objet de critiques entre autres.

Prenez soin de votre santé physique

L’observation d’une alimentation saine et la prise de suppléments de fer vous aideront à vous remettre de l’avortement. Prenez des aliments riches en fer pour retrouver votre énergie. Vous pouvez aussi faire des excisions légères et dormir davantage pour calmer vos nerfs. Le processus de guérison exige que vous mainteniez des pratiques saines.

Distrayez votre esprit

Distract your mind

Il y a plusieurs façons de concentrer votre esprit des émotions négatives qui peuvent provenir de l’avortement. Entourez-vous d’énergie positive provenant du divertissement, du rire et de la détente. Par exemple, si vous avez envie de pleurer, regardez une comédie pour vous remonter le moral. Vous pouvez aussi vous inspirer à travers des livres qui vous font voir la vie positivement. La méditation peut vous aider à calmer vos nerfs en appréciant la beauté de la vie.

Vous pouvez aussi cultiver votre hobby en libérant vos émotions dans l’art ou l’écriture de chansons. Laissez ce que vous aimez faire être une plateforme pour exprimer votre personnalité. Votre passe-temps peut vous aider à trouver un nouveau but dans la vie sans vous sentir condamné à cause des erreurs passées.

Renouvelez votre foi spirituelle

Un avortement peut vous déconnecter de votre foi. Priez à ce sujet alors que vous cherchez le pardon de Dieu pour renouveler votre foi. Interagissez avec les leaders d’église et partagez votre histoire alors qu’ils vous aident à grandir spirituellement. Joignez-vous à un groupe de soutien à l’église afin de pouvoir interagir avec des gens qui ne portent pas trop de jugements. Vous pouvez aussi trouver un mentor dans une église pour vous aider à dépasser les émotions.

Tirer les leçons de l’expérience

Learn from the experience

Un avortement peut vous apprendre à mieux gérer le sexe à l’avenir. Prenez avec vous des leçons de ce que vous avez vécu pour prendre de sages décisions concernant votre partenaire et votre mode de vie. Par exemple, si la grossesse non planifiée est le résultat de plusieurs partenaires sexuels, vous pouvez apprendre à vous y tenir. Cette erreur peut aussi vous aider à mieux vous comprendre afin que vous puissiez élaborer des normes concernant votre vie. Il vous aide aussi à prendre de meilleures décisions sans vous sentir poussé à céder aux exigences des autres.

Pardonne

Lâchez la culpabilité par le pardon. Commencez par vous pardonner de ne pas vous être assez battu pour votre bébé. Cela vous aidera à rehausser votre estime de soi afin que vous puissiez cesser de vous blâmer. Si une autre personne est responsable de votre décision, trouvez dans votre cœur de lui pardonner. Vous trouverez la paix en pardonnant afin de pouvoir vous concentrer sur l’avenir.

Dernières réflexions

Bien que l’avortement ne soit pas moral, aider une personne qui se trouve dans cette situation est la bonne chose à faire. Au lieu de pointer du doigt, nous devrions offrir une éducation sexuelle à nos filles en soutenant celles qui sont victimes des circonstances.