4 types de stratégies d’investissement en bourse : Investissement, spéculation, trading et Bogleheads

4 techniques  de placement en bourse

Le trading est un phénomène relativement récent rendu possible par la technologie des réseaux de communication et le développement du téléscripteur papier. Les détails des transactions boursières (symboles boursiers, nombre d’actions et cours) ont été recueillis et transmis sur des bandes de papier aux machines situées dans les bureaux de courtage partout au pays.

En tant que jeune stagiaire  du quartier de la Bourse au début des années 1960, je me souviens des vieillards aux cheveux gris et à lunettes qui se penchaient et se concentraient sur les bandes d’une largeur de 1,5 cm qui s’enroulaient directement dans leurs mains depuis le téléscripteur.

A voir aussi : Comment faire face à la négativité lorsque vous êtes en surpoids

Au fur et à mesure que la technologie s’est améliorée pour offrir un accès électronique direct aux cotations de cours et à l’analyse immédiate, la négociation (l’achat et la vente d’importantes positions d’actions pour réaliser des profits à court terme) est devenue possible pour les investisseurs individuels. Dans son livre sur la théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Keynes distingue l’investissement de la spéculation. Benjamin Graham, que certains considèrent comme le père de l’analyse de la sécurité, était d’accord, écrivant que la disparition de la distinction entre les deux était “un sujet de préoccupation”.

Même si Graham reconnaisse le rôle des spéculateurs, il estime qu’il existe de nombreuses façons de rendre la spéculation inintelligente : “Bien qu’il existe des différences observables dans les objectifs et les méthodes des différentes philosophies, leurs praticiens prospères ont des traits de caractères communs”:

A découvrir également : Aztec Rapido Rapido Lightweight Backpacker Tent Critique

  • “Intelligence”

Les investisseurs, les spéculateurs et les traders qui réussissent doivent avoir la capacité de recueillir et d’analyser des données diverses, voire contradictoires, pour prendre des décisions rentables.

  • “Confiance en soi”

Pour réussir sur le marché des valeurs sûres, il faut souvent prendre position par opposition à l’opinion majoritaire. Comme le dit un éditorialiste d’un grand revue : “Ayez peur quand les autres sont avides, et soyez avides quand les autres ont peur”.

Dans une lettre aux actionnaires d’une société d’investissement, l’éditorialiste note la règle de Noé : “Prédire la pluie ne compte pas. Construire une arche, oui”.

  • “Humilité”

Malgré la meilleure préparation, les meilleures intentions et les meilleurs efforts, des erreurs et des pertes se produisent inévitablement.

Savoir quand battre en retraite est aussi important que savoir quand oser. Comme l’a dit un fondateur d’une grande entreprise famiale  de fonds communs de placement, “une seule chose est plus importante que d’apprendre par l’expérience, et ce n’est pas apprendre par l’expérience.”

  • “Effort”

Un auteur et associé d’une maison de courtage affirme que “le placement de valeur exige plus que du cerveau, et beaucoup de patience. C’est plus un travail de grognement qu’une fusée.”

Il en va de même pour la spéculation intelligente ou le trading actif. La reconnaissance et la traduction des modèles de prix et des tendances du marché exigent une diligence constante ; le succès sur le marché boursier exige des heures de recherche et d’apprentissage des compétences pour réussir.

1. Investir

Les investisseurs ont l’intention d’être propriétaires à long terme des sociétés dans lesquelles ils achètent des actions. Après avoir choisi une entreprise avec des produits ou des services désirables, des systèmes de production et de livraison efficaces ainsi qu’une équipe de gestion astucieuse, ils s’attendent à en tirer profit à mesure que l’entreprise augmente ses revenus et ses profits dans l’avenir.

Le 26 mai 2010, devant la Commission d’enquête sur la crise financière, une compagnie de courtage a expliqué les raisons qui l’ont poussé à acheter un titre : “Vous regardez l’actif lui-même pour déterminer votre décision de mettre de l’argent de côté maintenant pour obtenir plus d’argent plus tard… et vous ne vous souciez pas vraiment de savoir s’il y a une citation en dessous de lui.”

Quand l’entreprise investit, elle ne se soucie pas de savoir si elle ferme le marché pendant quelques années, car un investisseur se tourne vers une entreprise pour ce qu’elle va produire, et non pour ce que quelqu’un d’autre peut être prêt à payer pour l’action.

On attribue à Benjamin Graham le développement de l’analyse fondamentale, dont les techniques sont restées relativement inchangées depuis presque un siècle. M. Graham s’est surtout intéressé aux paramètres de mesure des entreprises.

Un professeur d’Université pense que Graham a mis au point une série de filtres ou d’écrans pour l’aider à identifier les titres sous-évalués :

  • PE de l’action inférieur à l’inverse du rendement des obligations de sociétés,
  • PE de l’action inférieur à 40 % de son PE moyen sur les 5 dernières années,
  • Rendement des actions supérieur aux 2/3 du rendement des obligations de sociétés,
  • Prix inférieur aux 2/3 de la valeur comptable,
  • Prix inférieur aux 2/3 des actifs courants nets,
  • Dettes : le ratio des capitaux propres (valeur comptable) doit être inférieur à 1,
  • Actif à court terme supérieur à 2 fois le passif à court terme,
  • Dette inférieure à 2 fois l’actif à court terme net,
  • Croissance historique du BPA (sur les 10 dernières années) supérieure à 7%,
  • Pas plus de 2 ans de bénéfices négatifs au cours de la décennie précédente.

Warren Buffett, disciple et employé de la firme Graham entre 1954 et 1956,  a affiné ces méthodes.  En 1982, dans une lettre aux actionnaires d’une maison d’investissement, il mettait en garde les gestionnaires et les investisseurs : “Les chiffres comptables sont le début, et non la fin de l’évaluation d’une entreprise.”

Buffett cherche des entreprises ayant un avantage concurrentiel important pour que l’entreprise puisse faire des profits année après année, peu importe l’environnement politique ou économique. Lorsqu’il décide d’investir, il a toujours une perspective à long terme. Comme il l’explique dans une lettre à d’autres actionnaires. “Notre période de détention préférée est pour toujours.”

Dans un article paru en septembre 1996, Fisher est crédité de la recommandation selon laquelle “les investisseurs utilisent une règle de 3 ans pour évaluer les résultats si une action sous-performe le marché mais que rien d’autre n’est arrivé pour changer leur opinion initiale.”

Les investisseurs cherchent à réduire leurs risques en n’identifiant et en achetant que les sociétés dont le cours de bourse est inférieur à sa valeur “intrinsèque”, valeur théorique déterminée par analyse fondamentale et comparaison avec les concurrents et le marché dans son ensemble. Les investisseurs réduisent également le risque en diversifiant leurs avoirs dans différentes sociétés, industries et marchés géographiques. Une fois qu’ils prennent une position, les investisseurs se contentent de détenir des actions performantes pendant des années.

Fisher a détenu Motorola (MOT) de son achat en 1955 jusqu’à sa mort en 2004 ; Buffett a acheté des actions de Coca-Cola (KO) en 1987 et a déclaré publiquement qu’il ne vendra jamais une action. Certains participants du marché pourraient considérer une philosophie d’investissement basée sur des actions conservatrices avec de longues périodes de détention comme dépassée et ennuyeuse. Ils feraient bien de se rappeler les paroles de Paul Samuelson, prix Nobel en sciences économiques, qui a conseillé : “Investir devrait être plus comme regarder la peinture sécher ou l’herbe pousser. Si vous voulez de l’excitation, prenez 800 euros et allez au Casino.”

2. Spéculation

Selon Philip Carret, écrivant sur l’art de la spéculation en 1930 et fondateur d’un des premiers fonds communs de placement, la spéculation est “l’achat ou la vente de titres ou de marchandises dans l’espoir de profiter des fluctuations de leurs cours.”

Milton Friedman, en 1960, dans son écrit sur la  défense contre la spéculation déstabilisatrice, a noté qu’une grande partie du public assimile la spéculation au jeu, sans aucune valeur en tant que philosophie d’investissement. Toutefois, Friedman soutient que les spéculateurs ont souvent un avantage sur les autres en matière d’information, ce qui leur permet de faire des profits lorsque d’autres moins bien informés perdent.

Un auteur et expert planificateur financier agréé (CFP)  explique l’intérêt de la spéculation à travers le cas du “plus fabuleux négociant en bourse vivant des États-Unis, Jesse Lauriston Livermore,  qui a développé son habileté à acheter et à vendre des actions dans des magasins de seaux  (des entreprises non réglementées qui étaient l’équivalent des salons de paris non réglementés d’aujourd’hui), où les clients parient sur le mouvement des cours.

Aucun titre n’a changé de mains et les transactions n’ont pas eu d’incidence sur le cours des actions en bourse. La capacité de Livermore à détecter et à interpréter les mouvements des cours boursiers a rapidement fait de lui une personne non grata dans les magasins, un peu comme les compteurs de cartes sont interdits dans les casinos, mais l’attention qu’il portait aux cours boursiers et aux mouvements de leurs prix lui a permis d’identifier des “points de pivot” (maintenant appelés niveaux de support et de résistance) qui guidaient ses achats et ventes.

Il a acheté des actions au fur et à mesure qu’elles se relevaient d’un niveau de soutien et les a vendues lorsqu’elles atteignaient un niveau de résistance. M. Livermore a compris que les actions suivent les tendances, mais qu’elles pourraient rapidement changer de direction selon l’humeur des participants au marché boursier. En conséquence, dans son livre “Réminiscences d’un opérateur de stock”, il préconise une stratégie de réduction rapide des pertes et de laisser courir les profits.

Ses autres  règles de négociation boursière comprennent ce qui suit :

  • acheter des actions en hausse et vendre des actions en baisse,
  • vendre/acheter lorsque le marché est clairement en hausse ou en baisse,
  • puis vendre/acheter suivant sa direction générale,
  • ne jamais faire la moyenne des pertes en achetant plus d’une action qui a chuté,
  • ne jamais répondre à un appel de marge, sortir du commerce,
  • poursuivre une position longue lorsque les actions atteignent un niveau plus haut, vendre à découvert lorsqu’elles atteignent un niveau plus bas.

Livermore a également noté que les marchés ne sont jamais faux, mais les opinions le sont souvent. En conséquence, il a averti qu’aucune stratégie de trading ne pouvait fournir un profit à 100% dans le  temps.

Les techniques utilisées par Livermore ont évolué vers ce qui est maintenant connu sous le nom d’analyse technique en étendant les points de pivot de Livermore à des modèles de prix et de volume plus ésotériques des variations de prix, tels que les modèles de tête et d’épaules, les moyennes mobiles, les fanions et les indicateurs de force relative.

Les techniciens dirigés par les auteurs de ce que beaucoup prétendent être la bible de la spéculation sur les prix, affirment que la plupart des informations que “les investisseurs étudient sont du passé, déjà périmées et stériles, car le marché ne s’intéresse ni au passé ni même au présent !  En résumé, le prix courant, tel qu’il est établi par le marché lui-même, comprend toutes les informations fondamentales que l’analyste statistique peut espérer apprendre (et qui lui sont peut-être quelque peu secrètes, connues de quelques initiés seulement) et bien d’autres choses encore d’importance égale ou même supérieure.”

L’hypothèse sous-jacente de la spéculation ou de l’analyse technique est que les tendances se répètent, si bien que l’examen des prix passés et courants, correctement interprétés, peut projeter les prix futurs. Cette hypothèse a été contestée en 1970 par un professeur de finance.

Ce professeur a proposé que les marchés des valeurs sûres soient extrêmement efficaces et que toute l’information soit déjà prise en compte dans le prix des titres. En conséquence, il a suggéré que ni l’analyse fondamentale ni l’analyse technique n’aideraient un investisseur à obtenir des rendements supérieurs à ceux d’un portefeuille d’actions individuelles choisies au hasard, et ses idées sont devenues populairement résumées sous le nom d’hypothèse de marché efficace (EFH).

Un économiste défend l’hypothèse tout en reconnaissant les critiques de l’EFH. Il affirme que les marchés boursiers sont “beaucoup plus efficaces et beaucoup moins prévisibles que ce que certains articles universitaires voudraient nous faire croire…Le comportement des cours boursiers ne crée pas une occasion de négociation de portefeuille qui permet aux investisseurs d’obtenir des rendements extraordinairement ajustés au risque…”

Alors que la bataille universitaire sur le FESH continue, les tenants des analyses techniques  (spéculateurs) continuent à adopter la philosophie comme meilleure méthode pour choisir le moment optimal pour acheter et vendre.

3. Négoce

Les progrès technologiques, la baisse des taux de commission et l’apparition des sociétés de courtage en ligne ont permis aux particuliers d’utiliser des outils et des systèmes de plus en plus sophistiqués pour suivre et interpréter le marché.

Les particuliers et les entreprises en Bourse ont adopté une nouvelle philosophie de trading, avec beaucoup d’entre eux utilisant des programmes d’intelligence artificielle et des algorithmes complexes pour acheter et vendre d’énormes positions boursières en microsecondes.

En effet, il ou elle est un spéculateur sur les stéroïdes, constamment à la recherche de la volatilité des prix qui permettra un profit rapide et la capacité de passer à la prochaine occasion.

Contrairement à un spéculateur qui tente de prévoir les prix futurs, les traders se concentrent sur les tendances existantes, dans le but de réaliser un petit profit avant que la tendance ne se termine.

Les spéculateurs se rendent au dépôt des trains et montent à bord,  avant d’embarquer,  les commerçants se précipitent dans le hall à la recherche d’un train qui se déplace – le plus vite possible, le mieux – et sautent à bord en espérant une bonne promenade.

L’émotion est supprimée de la décision d’achat-vente ; les transactions sont automatiquement saisies si et quand des critères spécifiques sont atteints.

Parfois appelé “trading algorithmique ou à haute fréquence (HFT)”, le rendement peut être extraordinairement élevé. Une étude universitaire réalisée en 2016 a révélé que les coûts fixes des entreprises de HFT sont élastiques, de sorte que les entreprises qui négocient plus fréquemment réalisent plus de bénéfices que les entreprises ayant moins de transactions, avec des rendements allant de 59,9% à près de 377%.

L’impact du commerce à haute fréquence et les entreprises engagées dans cette activité reste controversé. Un rapport de 2014 dans le domaine, donne des exemples détaillés de manipulation des prix et des méthodes commerciales illégales .

On craint également que la négociation automatisée ne réduise la liquidité du marché et n’exacerbe les perturbations majeures, comme le krach boursier du 6 mai 2010 et la reprise (l’indice Dow Jones Industrial Average a perdu 998,5 points (9%) en 36 minutes).

Un krach similaire s’est produit le 24 août 2015 lorsque le Dow Jones a perdu plus de 1000 points à l’ouverture du marché. Bien que peu de personnes aient la capacité financière d’imiter les habitudes de négociation des grandes institutions, la négociation à la journée ou “day trading” est devenue une stratégie populaire sur le marché boursier.

En effet, le day trading continue d’attirer des adhérents, même si 99% des day traders sont considérés comme étant à court d’argent et finissent par démissionner. Bon nombre d’entre eux deviennent des négociateurs à la journée en raison de l’attrait qu’exercent les entreprises de formation en négociation à la journée, une industrie non réglementée qui profite de la vente d’instructions et de logiciels de négociation automatisés à ses clients.

Le matériel de vente implique que le logiciel soit similaire aux logiciels sophistiqués et coûteux des grands traders.

Le day trading n’est pas facile, ni fait pour tous. “Tout le monde s’en réjouit[day trading], mais c’est un travail dur….vous ne pouvez pas simplement allumer l’ordinateur et acheter une action et espérer gagner de l’argent.”

Le day trading implique généralement des dizaines de transactions chaque jour, en espérant de petits profits par transaction, et l’utilisation d’une marge, l’argent emprunté, de la maison de courtage.

De plus, les négociateurs sur marge qui achètent et vendent un titre donné 4 fois ou plus par jour au cours d’une période de 5 jours sont considérés comme des “négociateurs de jour type” et sont assujettis à des règles de marge spéciales dont le solde des capitaux propres requis est d’au moins 22 000 euros.

Malgré le nombre de nouveaux négociateurs sur le marché chaque année, de nombreux cabinets et conseillers en valeurs découragent ouvertement cette stratégie. Certains disent que “le commerce de jour n’est pas juste comme le jeu, c’est comme le jeu avec le pont empilé contre vous et la maison écrémant une bonne partie de tous les bénéfices dès le début”.

4. Bogleheads (Index de Fonds d’Investissement), une nouvelle philosophie de jeu

Frustrés par l’incohérence des rendements et les délais nécessaires à la mise en œuvre efficace d’une stratégie fondamentaliste ou spéculative, de nombreux acheteurs de titres se sont tournés vers une gestion professionnelle de portefeuille par l’entremise de fonds communs de placement. Selon le profil des actionnaires de fonds communs de placement, en 2015, près de 91 millions de particuliers détenaient un ou plusieurs fonds communs de placement à la mi-2015, soit un cinquième du patrimoine financier des ménages.

Malheureusement, l’Institut a appris que peu de gestionnaires de fonds peuvent battre le marché de façon constante sur de longues périodes. Influencé par les études précédentes, l’on a créé le premier fonds indiciel à gestion passive en 1975.

Maintenant  avec un placement minimal de 2 700 euros, il est le précurseur de nombreux fonds indiciels similaires. Malgré les sceptiques du secteur à l’égard du placement indiciel, la confiance de Bogle dans l’indice est intacte. Les déclarations suivantes expriment son point de vue et sont à la base du livre : “Le Petit Livre du bon sens en matière d’investissement”.

La seule façon de garantir votre juste part des rendements boursiers : “Les investisseurs en tant que groupe ne peuvent sur-performer le marché parce qu’ils sont le marché. Les investisseurs en tant que groupe doivent sous-performer le marché, car les coûts de participation (principalement les frais d’exploitation, les honoraires de consultation et les coûts de transaction du portefeuille) constituent une déduction directe des rendements du marché.”

La plupart des gestionnaires professionnels ne parviennent pas à surpasser les indices boursiers appropriés, et ceux qui le font ne répètent que rarement leur succès dans le passé.

Le fonds a d’abord été ridiculisé comme “une folie de Bogle” par beaucoup. Même le président d’une grande maison de courtage doutait du succès du nouveau fonds indiciel en déclarant : “Je n’arrive pas à croire que la grande masse des investisseurs vont se contenter de rendements moyens. Le nom du jeu est d’être le meilleur.”  Mais il a par la suite offert son premier fonds indiciel en 1988 et offre aujourd’hui plus de 35 fonds indiciels.

18 ans plus tard, il n’est pas étonnant que les fonds négociés en bourse (ETF) voient le jour. Tout comme les fonds indiciels passifs, les FNB suivent divers indices de titres et de marchandises, mais s’échangent sur une bourse qui ressemble à une action ordinaire.

À la fin de 2014, l’on a rapporté qu’il y avait 382 fonds indiciels avec un actif total de 1,8 billions d’euros.

De multiples études ont confirmé l’affirmation de Bogle que battre le marché est pratiquement impossible. Un professeur d’université affirme  que le nombre de fonds qui ont battu le marché au cours de toute leur histoire est si faible que les quelques fonds qui l’ont fait ont eu “juste de la chance.”

Certains des plus grands investisseurs  sont d’accord  avec Warren Buffett. Tandis que d’autres écrivent : “La plupart des investisseurs institutionnels et individuels trouveront le meilleur moyen de détenir des actions ordinaires par l’entremise d’un fonds indiciel qui exige des frais minimes “. En 2014, un financier a déclaré : ” Les données à long terme démontrent à maintes reprises que les investisseurs tireraient profit d’un passage du placement actif axé sur la performance au placement indiciel à faible coût.” Et que “la plupart des investisseurs seraient mieux lotis dans un fonds indiciel.”

Un fondateur de l’un des plus grands courtiers à escompte au monde, recommande aux investisseurs d'”acheter des fonds indiciels”. Ce n’est peut-être pas beaucoup d’action, mais c’est la chose la plus intelligente à faire. Les adeptes de l’investissement indiciel sont parfois appelés “Bogle-heads”.

Le concept d’achat de fonds indiciels ou de FNB plutôt que de titres individuels comprend souvent la répartition de l’actif (une stratégie visant à réduire le risque dans un portefeuille). Le fait de détenir une variété de catégories d’actifs et de rééquilibrer périodiquement le portefeuille afin de rétablir la répartition initiale entre les catégories réduit la volatilité globale et assure une récolte régulière des gains du portefeuille.

Les nouveaux conseillers suggèrent des placements de portefeuille et des proportions de chacun d’eux dans des FNB en fonction de l’âge et des objectifs du client. Les portefeuilles sont automatiquement surveillés et rééquilibrés pour des frais nettement inférieurs à ceux des gestionnaires de placements traditionnels.

Mot de la fin

Les bénéfices boursiers peuvent être insaisissables, surtout à court terme. Par conséquent, ceux qui cherchent à maximiser leur rendement sans encourir de risques indus recherchent constamment la stratégie parfaite pour guider leur activité.

Jusqu’à présent, personne n’a découvert ou élaboré une philosophie ou une stratégie de placement qui soit valide à 100 %. Les gourous de l’investissement vont et viennent, loués pour leur perspicacité jusqu’à ce que l’inévitable se produise et qu’ils se joignent à la liste des experts auparavant humbles.

En tant que participant au marché des valeurs mobilières, vous devez reconnaître que la détention de titres peut être stressante. Tout comme vous ne connaissez pas les événements de demain et la façon dont les investisseurs réagiront aux nouvelles et aux rumeurs, vous n’avez pas la certitude des profits sur le marché boursier. Alors, profitez de ces jours où la fortune et les objectifs se rejoignent, mais n’oubliez pas et préparez-vous aux moments de déception, car ils seront nombreux.

Facebook
Google+
https://www.ralph-lauren.fr/4-types-de-strategies-d-investissement-en-bourse-investissement-speculation-trading-et-bogleheads">
Twitter
Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!